Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'hémophilie une maladie difficile,.. mais pas impossible à Eradiquer.

Le CHU de Brazzaville a organisé en différé ce mardi 18 avril 2017 en partenariat avec le Ministère de la Santé et de la Population, une matinée scientifique d'information sur l'Hémophilie et les maladies hémorragiques, dans son auditorium situé dans l'enceinte même de cette structure sanitaire. Cette activité a été placé sous le patronage de la Directrice Générale du CHU en l' occurrence, Madame Marie Gisèle AMBIERO.

Au regard des thèmes développés tour à tour par les communicateurs du jour, nous pouvons nous rassurer  avec quiétude, que les solutions relatives à la guérison pour cette pathologie qui endeuille des multiples familles, sont bel et bien possibles. Des traitements curatifs peuvent etre administrés normalement, et question de veiller au  respect des règles médicales chez les patients victimes de la Maladie. Il faut donc  observer avec doigté les directives des médecins traitants  lorsque l'on veut recouvrer la santé, tel que l'a souligné le Dr ATIPO TSERA , dans son interview au micro de la Presse..

Ce qu'en dit la science au sujet de la maladie

L'hémophilie est une maladie hémorragique héréditaire due au déficit d'une protéine de coagulation, habituellement présente dans le plasma. Elle se transmet de façon héréditaire de père en fille et de mère en fils.

En Europe par exemple, son incidence est de 1 à 2 pour 10 000 naissances mâles (environ 5000 hémophiles en France). La personne hémophile manque d'un élément qui participe à la formation d'un caillot solide dans le processus de coagulation (facteur VIII pour l'hémophilie A ou facteur IX pour l'hémophilie B).

Elle ne saigne pas plus qu'une autre, mais plus longtemps car l'hémostase n'est pas complète et le caillot ne "tient" pas. Selon la localisation de l'hémorragie (externe, interne, intramusculaire profonde, intra-articulaire), l'hémostase doit être assistée par l'injection d'une dose suffisante du médicament anti-hémophilique habituel, aussi longtemps que la cicatrisation n'est pas assurée durablement

Enfin et au moment de la cloture de la séance de ce 18 Avril 2017 au Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville, l'auditoire a suivi avec d'attention le témoignage de monsieur Léonard Ngoukoulou, un malade sortant de l'hémophilie

.Entre temps un plaidoyer par une commission scientifique des sachants du CHU auprès de l'Alliance Franco-Africaine, est entrain d'être mené en vue de l'obtention des financements nécessaires  pour la construction d'un centre national de référence sur l'hémophilie.

claude Mankou

044410286

 

Santé publique: 17 avril journée internationale de l'hémophilie.
Tag(s) : #Social

Partager cet article

Repost 0